2> Australie

CIMG0738

Une bouteille à la mer !

 

Aujourd’hui, c’est un article un peu spécial que nous publions.

Nous débarquons à Sydney, en Australie, le 1er août. Du 1er au 11, nous nous baladerons dans les alentours de Sydney. Du 11 au 28, nous avons loué un van.

Nous cherchons deux choses :

  • du 1er au 11, quelqu’un pour nous accueillir à Sydney. Pas forcement les 10 jours mais une nuit, ou deux, ou plus. Ou un endroit sympa, genre auberge de jeunesse, que vous nous conseillez.
  • du 11 au 28, un endroit, garage, bout de couloir, recoin pas forcement grand, pour entreposer nos quatre vélos. C’est surtout de trouver où mettre nos vélos qui est important pour nous car nous ne pouvons pas les mettre dans le van et la consigne de l’aéroport risque d’être très chère (on a payé 34€ pour une nuit à la consigne de l’aéroport de Kuala Lumpur).

CIMG0425

Si vous connaissez quelqu’un à Sydney, ou quelqu’un qui connait quelqu’un qui connait …. Bref !

 

AUSTRALIE

Samedi 2 aout

Un changement radical

Nous avons débarqué à Sydney sans aucun souci. Bien sûr, les visas payés à Jakarta (voir article difficile départ) n’ont servi à rien, comme nous le soupçonnions. Même si la file était longue, le passage devant l’immigration s’est fait sans encombre, de même pour récupérer les bagages, où un employé nous a bien aidé à charger les troleys ainsi que le détour par l’inspection sanitaire où les boites des vélos ont été ouvertes pour vérification. Un train dessert le centre depuis l’aéroport, nous avons un peu d’appréhension vus nos expériences avec les trains mais toutes les personnes à qui demandons si c’est possible nous disent que oui. En effet, même si le fait de devoir laisser les troleys rend la chose un peu compliquée. Plusieurs personnes nous aident à monter et descendre du train. Nous faisons toujours sourire les gens avec nos vélos, ça cela ne change pas. A l’arrêt du train une personne du staff sur les quais nous ramène gentillement des diables pour transporter tout notre barda pour remonter et nous diriger vers la sortie. Il nous propose, sans que nous lui demandons, de garder nos cartons dans une réserve le temps que nous nous organisions. Tout cette gentillesse à l’arrivée nous surprend, ils devancent même nos besoins ! C’est plutôt agréable après les quelques péripéties que nous avons eues. A la sortie du métro, nous sommes émerveillés devant le spectacle qui s’offre à nous. Des rues extrêmement propres, des voitures qui ne fument pas et qui ne font pas de bruit et même qui s’arrêtent pour nous laisser traverser. Ca n’a l’air de rien, mais lorsque l’on a connu le désordre pendant un mois, c’est presque déroutant. Et nous ne boudons pas le plaisir de rouler tranquillement avec nos vélos dans une grosse ville qu’est Sydney. Au premier abord c’est une ville super agréable et avec « de la densité mais des espaces de respiration » selon l’urbaniste !! Nous nous arrêtons dans un petit café où nous gouttons nos premiers sandwiches australiens avec du vrai pain. Humm, quel plaisir, c’est super bon. Une dame nous aperçoit dans la rue avec nos vélos et nous demande si on a besoin d’aide. Ca tombe à pic ! Nous lui expliquons que nous cherchons une place pour entreposer nos cartons. Elle accepte de les mettre chez elle le temps de quelques jours pour que l’on s’organise afin de repartir de Sydney avec. Tout cet accueil des gens dans les premières heures de notre arrivée nous ravissent, nous sommes super contents.

CIMG0564  CIMG0566

Lundi 4 août

Comme ces deux jours sont passés vite ! Nous allons de découvertes en découvertes dans cette ville incroyable. Une ville de 4 millionns d’habitants, et qui pour l’instant nous semble si tranquille. Un régal au niveau architecture et urbanisme. Y faire du vélo est un régal. La circulation est apaisée, tout est « accessible » pour les vélos, les poussettes, les fauteuils roulants, les personnes mal ou non voyantes avec des « bateaux » aux trottoirs, des bandes podo-tactiles. Il y a des pistes cyclables, des voies vertes, ou sinon, des trottoirs suffisamment larges pour piétons et vélos.

Je ne sais pas s’il faut qu’on détaille trop Sydney, le mieux est que vous y alliez !!!

Nous avons passé deux nuits dans un back packer super, « l’original back packer », dans le quartier de kings cross, rue Victoria. Super ambiance, à la fois festive et familiale, le genre d’endroit où l’on se sent tout de suite chez soi. Beaucoup de Français et d’Allemands. Majoritairement des jeunes avec un « PVT », Permis Vacances Travail, qui permet aux jeunes de passer un an en Australie, de travailler six mois et de se balader le reste du temps. Un mélange entre personnes de passages et autres qui sont là pour un petit moment. Les enfants sont ravis d’avoir de la compagnie, des Français à qui parler. La personne qui s’occupe de l’endroit est bien sympa, et dispo pour donner plein de renseignements.

Notre première douche chaude depuis un mois est un vrai bonheur, la bière, la bouteille de rouge et le pain aussi !

Autre grand bonheur : nous avons fait une lessive !!! Ca n’a l’air de rien, mais ça fait bien deux semaines que j’en (Solenn) rêvais. Sans être maniaque, tout avait atteint un niveau de crasse incroyable.

Ici, c’est l’hiver. En journée, il fait environ 18°, mais quand la nuit tombe (un peu trop tôt à notre goût, vers 17h30), il fait assez froid. Mais le temps est splendide, pas un nuage dans le ciel, un bleu étincelant.

Sydney est une ville super écolo, pas un déchet par terre, une vraie attention à l’environnement, un grand souci du bien-être et de la santé. Les Australiens nous semblent fans de sport. Beaucoup de monde à courir, faire du vélo… Les gens sont feet, beaucoup en tenue de sport. La ville compte un nombre impressionnant de parcs, de très beaux parcs.

Dimanche soir, nous sommes allés faire un tour au botanic garden, vue imprenable sur l’opéra de Sydney et le pont du port de Sydney. Couché de soleil de carte postale… un bon paquet de photographes pour immortaliser l’instant. Des mariés qui font leurs photos pour l’album. C’est vrai que c’est beau, presque irréel de perfection. Balade de fin d’après-midi bluffante. Notre seul regret est qu’il fasse nuit aussi tôt, les journées sont trop courtes, il y a tellement de choses à voir, à faire.

 

CIMG0575  CIMG0583

CIMG0603

Aujourd’hui, nous avons pris la direction de Bondi beach, la côte à l’Est de Sydney, à 7-8 km. Nous pensions y faire du camping sauvage, mais l’endroit ne s’y prête pas du tout, plutôt urbanisé. Nous nous rabatons sur un back packer. Ce qui nous permet de nous rendre compte que tout ces endroits ne se valent pas. L’ambiance, la gérante sont nettement moins sympa. Les services à disposition également. Mais c’est vrai que la plage est magnifique, beaucoup de surfeurs. Nous avons vu, au large, une baleine. Ouahhh !

CIMG0609

Nous avons acheté nos 70 cl d’essence pour le réchaud, et bonne nouvelle, il marche super bien. Ca faisait un mois qu’on se galérait avec une mauvaise combustion, qui noircissait les casseroles, encrassait le réchaud et ne chauffait pas. On a tout essayé des carburants qu’ils vendent en Indonésie, rien ne marchait. Je ne sais pas ce qu’ils mettent dedans. Pas étonnant que les voitures et les motos puent autant !

Et autre bonne nouvelle, nous avons trouvé l’âme charitable pour garder nos vélos pendant la location du van. C’est cool ! Merci Lionel, Stéphanie, Gérard et Lydie pour le contact.

 

On a vu des kangourous !!!

jeudi 7 aout

Après notre passage à la plage de Bondi, à l’Est de Sydney, nous avons repris nos vélos direction Circular Quay, au centre de Sydney, pour prendre le ferry vers Manly, de l’autre côté de la baie.

30 min de navigation pour mieux prendre conscience de la beauté de la baie. Le site de cette ville est décidément extra-ordinaire, nichée dans le creux d’une baie aux multiples indentations.

Encore une fois, super simple de prendre le ferry avec les vélos, ce qui n’est pas toujours le cas en France (j’en sais quelque chose pour avoir fait le plan d’accessibilité de Houat). De Manly, nous longeons la côte vers le Nord. Oserais-je vous dire que la côte est magnifique !

Nous nous posons juste avant la tombée de la nuit dans un camping de luxe, un peu trop à notre goût, mais vue l’heure, nous n’avons pas le choix.

Le lendemain, un peu obligés de se presser pour quitter les lieux à 10h, comme c’est l’usage en Australie. Nous reprenons les vélos en direction du parc national de Ku-Ring-Gai Chase. L’entrée dans le parc est payante pour les véhicules mais pas pour les vélos. La route est splendide, en parfait état, superbement boisée, longeant en partie la côte, avec très peu de voitures. Un seul défaut : ça grimpe raide ! Depuis notre arrivée à Sydney, on n’a pas arrêté, on le ressent un peu. Il va falloir qu’on se pose un peu mais on espérait pouvoir se loger moins cher en s’éloignant de Sydney et en privilégiant le camping. C’est vrai mais reste cher.

CIMG0640

Milieu d’après-midi, nous arrivons à Basin après quelques km de piste et une descente vertigineuse. Au passage, se trouve un site aborigène de pierres gravées. Marcher sur les traces des aborigènes. Nous y rencontrons un couple de perroquets noirs, les plus rares du coin.

CIMG0647  CIMG0650

Le camping est un vaste terrain plat au bord de l’eau, soigneusement arboré, équipé de barbecues à gaz, de tables de pique-nique…et des dizaines de KANGOUROUS ! Enfin, des wallabies il semblerait plutôt, mais qu’importe. Ewen se dit comme dans un rêve. Il y a également d’autres animaux, des posums, des oiseaux ressemblant à des perroquets. Et pas un être humain. Situé en contre-bas de la montagne, le soleil disparaît vite (vers 16h) du terrain et il fait vite froid, très froid. Dans les sanitaires, pas d’eau chaude, sur le camping, pas de lumière. nous sommes au lit à 19h30, emmitouflés dans nos sacs de couchage.

CIMG0657

CIMG0662 CIMG0663

Ce matin, réveil venté et pour la première fois depuis notre arrivée, des nuages dans le ciel. Mince, nous qui attendions les rayons du soleil avec impatience pour nous réchauffer !

Ce matin, le gardien est de retour pour percevoir la redevance. Nous rangeons nos affaires et repartons en ferry avec un petit regret : celui de ne pas pouvoir rester plus longtemps. Nous n’avons pas prévu de quoi manger et il n’y a pas de magasins ! Après une belle navigation dans la baie, nous débarquons à Palm Beach. Pause déjeuner à Newport beach. Nous testons notre premier bbq australien. Le pied ! Oliv est aux anges.

CIMG0689  CIMG0697

Après une trentaine de km, nous voici à Forestville. Notre arrivée est un peu risquée car nous n’avons pas réussi à joindre les gens chez qui nous pensons dormir ! Nous avons l’adresse, tentons le coup. Personne… Nous remontons dans le centre-ville pour faire quelques courses, chercher un accès internet et tenter d’appeler à nouveau. Un chic type nous interpelle car il nous a croisé plus tôt dans la journée, nous discutons un peu, lui expliquons notre problème . 20 min plus tard, on le recroise, il nous invite chez lui si on n’arrive pas à joindre nos hôtes. Sympa !

Finalement, nous avons réussi à joindre David qui nous accueille chez lui. Ils ont trois enfants dont deux du même âge qu’Ewen et Méline. Les enfants sont ravis. Et nous aussi, contents de pouvoir discuter un peu plus longtemps avec des Australiens.

CIMG0702

Accueillants Australiens

Samedi 9 aout

Nous sommes merveilleusement bien reçus par David, Danielle, Zoé, Félix et Jules. Du coup nous restons une nuit de plus, ce qui nous permet de découvrir un peu plus les bords de mer du coté de Manly. Nous organisons ensemble un barbeuck australien sur la plage Shelly Beach avec un poisson que nous avons acheté la veille, le Mahi Mahi. It’s very delicious !! Les Australiens sont des professionnels du bbq, une institution. A côté de nous, une bande de jeunes fait des burgers, des vrais.

Ensuite petite promenade sur la pointe sur les hauteurs, superbe vue sur toute la baie. Vers 15h déjà, la fin de journée arrive très vite, nous disons au revoir à nos copains, Ewen est bien triste il va devoir quitter une nouvelle amie (très active comme lui) mais nous sommes attendus à Sydney.

CIMG0709  CIMG0716

Nous nous dirigeons vers les quais du ferry où nous dégustons de superbes glaces australiennes. Aujourd’hui le ferry est bien rempli, nous sommes samedi. La traversée en sens inverse est toujours aussi sympa, nous sommes émerveillés par cette petite mer intérieure de Sydney.

CIMG0738

Arrivés à Circular Quay, il nous faut trouver le chemin pour aller chez Peter et Alison. Nous nous perdons un peu dans les rues de Sydney puis finalement la nuit arrive bien vite, nous sommes mangés par un kangourou. Snif ! 🙂

Malgré cela nous parvenons à trouver leur maison, ouf enfin arrivés. Peter nous reçoit, nous rangeons nos vélos dans le garage. Alison s’inquiétant un peu est partie sur la route qu’elle nous avait indiqué. Sauf qu’à aucun moment nous avons pu suivre ses indications. Quelques minutes plus tard, elle arrive, contente de nous retrouver sains et saufs. Encore là nous sommes très bien reçus, avec, tenez vous bien, petit apéro avec champagne et petits gâteaux, et pour le dîner une délicieuse soupe aux légumes nous est préparée. Nous sommes logés dans un petit studio très bien équipé à l’écart de la maison principale, un « granny flat », comme il y en a beaucoup à Sydney. La maison est implantée sur une parcelle tout en long et à l’autre extrémité, un petit logement indépendant au-dessus du garage, pour les parents ou les enfants. Les impôts étant calculés sur la largeur de façade, les parcelles ont été plutôt découpées en longueur.

Nous sommes accueillis comme des rois, des fruits dans la corbeille, le frigo rempli, une bonne brioche pour le lendemain…

 

lundi 11 aout

Hier, nous avons profité des billets achetés pour nous par Alison pour visiter Cockatoo Island, dans la baie de Sydney. Une île au passé à la fois industriel (construction navale) et pénitentiaire.

CIMG0752

Le dimanche, c’est « family fun day, » un ticket de transport est valable toute la journée indifféremment pour le bus, le tram ou le ferry.

Aujourd’hui, nous avons pris le temps. Nous nous sommes posés un peu, avons fait quelques courses.

Demain midi, nous récupérons le fameux van. Les enfants ont hâte, nous allons oublier le vélo pendant 15 jours. Nous pensons aller vers le Nord, pour trouver un peu plus de chaleur, même si Melbourne, au Sud, nous tentait bien. Sans manteaux ni vêtements chauds, nous sommes un peu just pour les 7-8° du matin. Et la température baisse si on descend vers le Sud.

Une semaine en van

Lundi 18 août

Voila une semaine que nous avons changé de moyen de locomotion… comme le temps passe vite.

La prise en main du van n’a pas été évidemente : conduite à gauche + boite automatique + Sydney + pluie, mais s’est bien passée.

Première journée sous la pluie, première soirée aussi, à quelques encablures de Syndey, vers The Entrance, formant une baie. Si l’espace intérieur de la voiture n’est pas immense (oui, on préfère notre T4), on apprécie quand même de pouvir manger dedans. A défaut de trouver un camping, nous nous tentons au « camping sauvage », même si l’agence de location nous a dit que ça ne se faisait pas en Australie et que notre van est super flashy.

Réveil frisquet au bord de la plage.

Nous reprenons la route direction Newcastle puis piquons vers l’Ouest, vers l’intérieur du pays, dont nous souhaitons découvrir l’ambiance.

Grande route droite, paysage s’étendant à perte de vue, kangourous un peu partout – dont beaucoup écrasés sur le bas côté. L’arrière-pays de Newcastle est marqué par l’exploitation du charbon : mines d’extraction, centrales, immenses trains de marchandises en transportant. L’Australie n’a pas de centrales nucléaires mais des centrales à charbon.

Deuxième nuit au bord du lac de Glenbawn, près de Scone. Si la retenue d’eau est artificielle, l’endroit n’en est pas moins magnifique, grandiose. A l’entrée du camping, la gérante nous indique qu’il faut continuer sur 5 km pour trouver les emplacements ! Autre rapport d’échelle ! Le site est en effet immense. Il n’y a personne, à l’exception de deux caravanes… et des kangourous. Obligés de reprendre la voiture pour aller se doucher !

CIMG0765

Comme le temps est assez frais, nous faisons l’école et mangeons à l’intérieur.

Jeudi, nous avons trouvé un de ces jolis sites avec tout ce qu’il faut : toilettes propres et avec papier, tables de pique-nique et …barbecues… L’endroit s’appelle « paradise park », à Wallabadah tentant de ne pas y rester camper ! Petite balade dans les falaises avant la tombée de la nuit, vue à 360° sur la campagne voisine, superbe.

CIMG0772

Nous sommes chaque jour étonnés du civisme des Australiens, en France, ce genre d’endroit serait tagué, cassé, plein de canette ou de bouteilles cassées.

Vendredi, visite d’Armidale puis plongée dans le parc national de New England. Encore un très bel endroit, désert. C’est l’avantage de voyager hors saison, l’inconvénient étant qu’il fait quand même un peu frais, surtout le soir dès 17h et le matin au réveil, vers 7h.

Le parc est constitué de gorges assez abruptes, abritant, habituellement, des cascades, dont la seconde plus grande d’Australie. Sauf qu’en ce moment, il n’y a pas d’eau, donc pas de cascade.

CIMG0783

Nous nous régalons de ce paysage superbe et nous posons dans une aire de camping. Ici, pas de gérant mais une petite urne où déposer les sous. Une dizaine d’emplacements en stabilisé avec chacun un foyer pavé autour et une plaque qui tourne pour pouvoir aller au-dessus du feu. Des chutes de bois à disposition pour la flambée et des toilettes sèches. Quel bonheur de se réchauffer au près d’un feu !

CIMG0787  CIMG0793

CIMG0790

Au réveil, il commence à pleuvoir doucement, cette pluie ne va pas s’arrêter de la journée. Une bonne pluie, bien dense…

Alors on trace. La route est assez sinueuse, en forêt, on n’en voit pas le bout. Arrivés à Grafton en fin d’après-midi, on erre un peu à cause de la pluie. A nouveau, nous ne trouvons pas le camping alors on se pose en bord de rivière il fait nuit depuis un moment. Repas vite fait et dodos. On commence à être un peu sales et mouillés. Le jucy n’est vraiment pas fait pour la pluie, Le toit qui s’ouvre mal fichu car il faut sortir et quand on l’ouvre, toute la pluie rentre. Le couchage intérieur, pas beaucoup mieux car il faut tout enlever, pousser les sièges pour installer le lit.

Nous nous sommes arrêtés près d’un bac, sorte de ferry qui fait passer les voitures de l’autre côté de la rivière. Nous le prenons pour aller à Ulmarra. Le beau temps revient. Belle promenade à Maclean et le long de la rivière Clarence.

CIMG0795

Pour la première fois, nous arrivons tôt à l’endroit où nous passerons la nuit. A Yumba, nous nous arrêtons à midi dans un camping de luxe le long de l’estuaire de la Clarence. Le niveau d’équipement du camping nous impressionne : deux piscines, des jeux gonflables pour enfants, des toboggans et j’en passe.

Baignade avant le repas, crevettes au bbq,lessive en machine, baignade après le repas puis balade le long de la baie. Franchement superbe, un petit coin de paradis. Et pour ne rien gâcher, il fait nettement plus chaud.

Back to Sydney

Lundi 25 août

Depuis quelques jours, nous longeons tranquillement la côte direction Sydney. Le temps est assez clément et nous laisse le choix de faire de belles balades le long de la mer ou de nous baigner dans des endroits souvent paradisiaques comme à Red rock.

CIMG0878  CIMG0856

CIMG0846 CIMG0860

Nous avons eu le droit aussi à des journées très pluvieuses. Dans ces cas là, nous faisons de la voiture ou nous réfugions dans une « librairy » pour faire un peu de net. En effet, il y a la wifi dans toutes les bibliothèques, pratique ! Aujourd’hui nous sommes dans la région des « Great lakes », un très bel endroit où nous flanons sur les plages et continuons de profiter de ces nombreux barbecues, gaz ou élec. Ici de nombreux surfers pratiquent leur passion toute l’année en combi. Un vrai délice pour les adeptes, je crois.

Les jours de pluie devienne un peu pénibles, l’humidité du jucy (notre van) un peu mal conçu et pas vraiment étanche. Pas facile de s’organiser pour faire lessive et le reste. Nous essayons de respecter aussi l’heure d’école par jour. Là encore, selon la météo, les cours sont plus ou moins joyeux. Méline galère un peu, elle n’éprouve pas vraiment le besoin d’apprendre, préfère les jeux avec son frère dans le sable. Je peux la comprendre, c’est tellement mieux ! Ewen, lui, continue son cahier sans trop de difficulté, écrit son carnet de voyage en traînant un peu la patte (il n’aime pas corriger ses fautes) et fait un mini dictionnaire franco-anglais. Je pense qu’il n’aura pas trop de soucis. Le soir nous dinons assez tôt, les enfants étant vite fatigués. Après de repas, le coucher se fait également rapidement. Les journées commencent tôt, pour profiter des journées assez courtes. Vers 17h, il faut vite trouver un endroit où dormir avant le coucher du soleil vers 17h30. Contrairement à ce qu’on nous a dit, hors saison, le « camping sauvage » est possible. Nous avons dormi pas mal de fois dans des parcs nationaux. Conditions sanitaires spartiates (pas souvent de douches, encore moins chaudes) mais sites à couper le souffle dans une nature préservée et quasi déserts.

Mardi 26 Aout

Nous avons pris la direction de Port Stéphens, un peu au nord de Newcastle. Le ciel se dégage et nous avons droit a un magnifique soleil sur le Great Lakes Marine Park. Nous nous rendons à une petite bibli afin d’organiser notre prochain départ pour Nouméa. Le soleil tombe vite, il faut trouver vite un endroit pour dormir.

Le lendemain, pas de chance, la pluie à remplacer le soleil. Nous ne verrons pas grand chose de ce magnifique paysage. Nous essayons de faire l’école le matin dans le van sous la pluie. Mais l’envie des enfants n’est pas du tout présente. Notre patience ne dure pas longtemps, l’école n’aura pas été un succès ces derniers jours. J’espère que nous allons tous nous améliorer, enfants et parents, pour qu’une meilleure symbiose d’apprentissage s’opère. Nous sommes preneurs de petites aides pour nous organiser dans ces moments importants.

Bye Sydney

Déjà quatre jours que nous avons changé d’univers.

Le départ d’Australie s’est très bien passé, à l’image de l’ensemble de notre séjour là-bas. Gens serviables, transports en communs adaptés. Le poids de nos bagages est toujours différent, alors que nos bagages ne changent pas. Air Calin en compte 123 kg. Pas lourd pour une maison 😉

Nous quittons l’Australie après quelques 200 km à vélo et 2000 en van, avec l’envie d’y revenir, surtout Ewen et de très belle rencontres.

Seul bémol : nos quinze jours de van ne nous ont pas permis de faire de vraies rencontres. Cela nous conforte quant à notre choix de se déplacer à vélo, les rencontres y sont beaucoup plus riches.

On pense à vous tous, en cette période de rentrée, même si, il faut l’avouer, on ne s’en rend pas du tout compte, tout cela nous semble une autre réalité.

L’école se passe ici beaucoup mieux qu’à la fin de l’Australie. Il faut avouer que nous avons un peu lâché, cela allait très vite. Méline devait déjà lire des petits textes. Avec les livres envoyés en colis par les parents et vos conseils, nous repartons avec un niveau un peu plus facile et ça se passe mieux.

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :