12> Angleterre

Une fin en apothéose !

P1030401Depuis Antigua, nous avons pris un taxi pour rejoindre l’aéroport de Guatemala city. Ce premier embarquement s’est plutôt bien passé malgré la désagréable surprise de payer une taxe pour les vélos. Nous avons déboursé un peu plus de 300€ – merci Américan Airlines, c’est la première fois que ça nous arrive. Les cartons sont trop grands et trop lourds… Jamais très clair tout ça. On aurait plutôt mérité une récompense pour nos magnifiques cartons fait maison 😉

P1030391

Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises, l’escale à Miami va s’avérer être une vraie galère. Les douaniers nous prennent la tête, fichus formulaires à remplir alors qu’on a déjà fait l’ETSA (demande d’exemption de visa) par internet. La vague sensation que les Américains se prennent pour les rois du monde du style : « les USA doivent être informés au moins 72h avant de votre venue sur le territoire ». Nous devons récupérer tous nos bagages et vélos pour reprendre le second vol avec British airways. Les cartons des vélos sont à moitié défoncés, un sac tati a été complètement déchiré et son contenu éparpillé. On rescotch le tout mais il lui manque le code barre d’enregistrement de Guatemala city. Argh ! L’aéroport grouille de voyageurs se croisant dans tous les sens, la foule arrive par vagues, chargée et pressée. Des hommes en uniforme crient des ordres : « go on guys ». Un aéroport en flux tendu. Un vrai bordel ! Quant à nous, on est en dehors de la case alors ça coince, on est baladé de gauche à droite pour essayer de remettre le ticket manquant. Il faut changer de terminal. Bref, insupportable ! Monde civilisé, monde de fous !

Heureusement avec British Airways, ça se passera mieux. Après ces 11 h d’avion, nous arrivons sous un beau soleil à Londres. Fatigués par le décalage horaire et la courte nuit, nous récupérons toutes nos affaires qui ont bien souffert, en plus d’avoir été ouvertes et contrôlées par les autorités américaines. L’ambiance à Heathrow est beaucoup tranquille, rien à voir avec Miami. Nous nous posons sur le parvis de l’aéroport et remontons les vélos.

P1030413  P1030415

Et c’est sous un franc soleil que faisons route vers nos hôtes Warmshowers, en périphérie de la capitale, du côté de Richmond. Pas de carte mais on arrive à se dépatouiller. Il fait beau, il y a des pistes cyclables de partout, c’est plat, on jubile ! Londres nous surprend. C’est calme et aéré.

P1030416  P1030418

Belle rencontre avec nos warmshower. Ils ont deux enfants, du coup, il y a des jeux, ça faisait longtemps. On se sent tout de suite à l’aise chez Alex et Ping. Beau métissage : il est grec, elle est taïwanaise, ils vivent à Londres. Leurs filles devront donc apprendre le grec, le mandarin et l’anglais, trois alphabets différents, quelle ouverture au monde ! Elles seront bien dotées pour voyager ensuite. Arrivés chez eux vers 19h, nous sommes déjà au lit à 21h… et nous ne nous réveillerons le lendemain qu’à 12h ! L’après-midi, petit tour à vélo dans les environs. Nous longeons la Tamise, bluffés par tous les parcs et espaces verts. Les gens sont en terrasse. Ca sent les vacances.

P1030419  P1030423

P1030426  P1030425

Ham house, près de nos hôtes                                Scène surréaliste en plein Londres !

P1030486  P1030482

Les fameuses briques rouges                        Richmond park, 12 km² de nature, avec des cerfs
Le lendemain, direction London city. 3h à vélo pour y aller pour une vingtaine de km, on s’est un peu perdus, un peu volontairement surement. Pour rattraper le temps et ne rien louper, nous embarquons dans un bus touristique à étage et c’est parti pour 3h de visite et une petite croisière sur la Tamise. Comme beaucoup de grandes villes, elle entretient un lien étroit avec son fleuve. Big ben, tower bridge, tower of London, Westminster, le déplacement motorisé laisse à peine le temps de digérer tous ces hauts lieux.

P1030449  P1030458

P1030460  P1030481

P1030464  P1030479

A peine reposés, nous rechargeons les sacoches direction le Sud. Je traîne un rhume-sinusite attrapé juste avant de quitter le Guatemala, c’est pas la super forme. Nous suivons – plus ou moins – un parcours vélo, super beau, on longe un canal, des bois, belle campagne anglaise.

P1030492  P1030491

Mais l’absence d’une carte nous handicape et je suis un peu dans le gaz avec ce rhume. Alors, à 20h, on est un peu perdus dans la forêt. C’est là que débarque Martin, on n’a pas tout bien compris ce qui nous arrive mais il est là, avec sa voiture et son porte-vélo, prêt à nous emmener à Alton, où nous attend un warmshower. Il nous restait encore une vingtaine de km et notre hôte commençait à s’inquiéter.

P1030490

Elle aussi nous bichonne, et j’en ai bien besoin, je suis crevée. Elle nous propose deux chambres, le luxe, ce soir, on dort sans les enfants ! Mais pas trop le temps de se reposer, nos hôtes partent à 9h le lendemain, hop hop hop, nous revoilà sur nos vélos. A Hayling island, nous plantons les tentes dans un camping, pas loin de la plage. Voir la Manche est émouvant, nous sommes désormais tout prêt du but, la France est de l’autre côté de la mer. Samedi matin, nous nous dirigeons, insouciants, vers le bac qui doit nous permettre de rallier Portsmouth. Surprise, le « ferry is out of service », la traversée est suspendue pour une durée indéterminée ! Il nous faudra donc faire le tour ! Bon, on ne se plaint pas, la piste cyclable longe la côte et le détour n’est pas très long, une quinzaine de km. Presque arrivés à Portsmouth, un cycliste engage la conversation. 10 min plus tard, on est invités chez lui ! Incroyable, pour notre dernière nuit à l’étranger, cet accueil est une fin en beauté pour cette année d’hospitalité.

Walter, 78 ans, fait encore pas mal de vélo, il a bien roulé sa bosse sur les routes du monde.

P1030512

Dimanche soir, jour tant attendu pour les enfants, nous embarquons à bord du Bretagne, navire trans-manche de la Britany Ferries. Et la soirée est à la hauteur de l’espérance des enfants : pêche à la ligne avec cadeau, spectacle de magie, cabine petite mais mignonne, nos rêves nous envolent vers la France pendant que vogue le navire.

P1030516

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :